signeakMise en scène d'Alexandre Koutchevsky

signeakCréation 2010

 

Répétitions à partir de mi-décembre 2009 à Bamako. Représentations les 8, 9, 10 janvier 2010 sur la colline du point G, à Bamako. Représentations autour de l'aéroport de Ouagadougou les 23 et 24 janvier 2010.


Pour suivre le projet jour par jour voir le blog de Lumière d'août (posts de décembre 2009 et janvier 2010).

 

Vidéos

vidéo 1 : Ciel à Bamako / Ciel à Ouaga (répétitions et représentations)

vidéo 2 : Reportage de l'ORTM sur Ciel à Bamako

 

 

Photos des spectacles et répétitions

imga0062 lp1100088 limga0927a l

imga0600 lp1090677 l

Je venais de défier le ciel d'Aristide Tarnagda
À Bamako, Cour de la fontaine / À Ouagadougou, Cour du quartier Kalgondé

 

 

p1100135 lp1090548 l1p1100135 l1

Tabaski de Marine Bachelot Nguyen
À Bamako, sur le mur de l'hôpital du Point G

 

 

p1100182 lp1100189 lp1100678 lp1100624 lp1100595 l

Point Général d'Alexandre Koutchevsky
À Bamako, au bord du vide / À Ouagadougou, à l'aéroclub

 

 

imga0858 limga0880 lp1090910 l

p1100696 lp1100770 lgre l

Tous les hommes d'ailleurs de Dieudonné Niangouna
À Bamako sur le taxi de Bala et dans la plaine / À Ouagadougou, sur le mur de l'aéroclub et sur le tarmac

 

 

imga0427 l

Boule de vent de Kouam Tawa
À Ouagadougou le long du mur de l'aéroport dans le quartier Kalgondé.

 

 

Origine et déroulement du projet

En septembre 2007, Aristide Tarnagda, auteur burkinabé, était accueilli à Rennes en résidence d'écriture par Lumière d'août et l'Ecole du T.N.B. dans le cadre du dispositif « Visa pour la création » de Culturesfrance.

Ayant assisté aux répétitions et aux représentations de Ciel dans la ville, il a souhaité faire venir le spectacle chez lui à Ouagadougou. Nous avons commencé dès lors à réfléchir à ce que pourrait être Ciel à Ouaga. Le projet s'est par la suite étendu à Bamako (Mali) et nous travaillons actuellement aux possibilités de jouer Ciel dans la ville à Brazzaville (Congo) et Le Cap (Afrique du Sud) en 2012 et 2013.
 
Ciel à Bamako et Ciel à Ouaga ne sont pas des reprises des spectacles joués à Saint Jacques de la Lande en septembre 2007 et juin 2008, mais bien des créations avec de nouveaux textes commandés aux auteurs de Lumière d'août ainsi qu'à plusieurs auteurs du continent africain : Dieudonné Niangouna (Congo) Aristide Tarnagda (Burkina Faso) et Kouam Tawa (Cameroun). 
 
Ciel dans la ville est un concept de théâtre qui se décline et se réinvente sur chaque territoire qu’il investit. C'est le cas sur les territoires aéroportuaires de Bamako et Ouagadougou où contrairement à Saint Jacques de la Lande en 2007 et 2008, la présence des riverains joue un rôle très important dans la construction des spectacles. Dans la logique de cette démarche théâtrale inspirée par un territoire, nous sommes allés dès novembre 2008, effectuer des repérages autour des aéroports de ces deux capitales en vue de la création des spectacles en décembre 2009-janvier 2010. 
 

zone aeroportuaire de- ouagadougou

 

— Ciel dans la ville n’est jamais joué dans des salles de spectacles, c’est un théâtre de plein air qui se crée et se joue sur les territoires aéroportuaires.

— Nous prenons pour principe que le ciel commence à la surface de l’herbe et ne se termine pas.

 

— Tout paysage terrestre établit des liens plus ou moins visibles avec le ciel qui le recouvre. Nous explorons ces liens.

 

— Les paysages aéroportuaires, les histoires qu’ils condensent, celles qu’ils murmurent ou qu’ils cachent, c’est cela le cœur de Ciel dans la ville.

 

— La construction du rapport visuel, émotionnel, sonore, entre la zone de jeu et la zone des spectateurs organise ce paysage de manière scénographique et théâtrale.

 

 

 

Calendrier et démarche de création

La construction des spectacles Ciel à Bamako/Ciel à Ouaga se décline en trois temps :

1 Le recueil de matériaux in situ, la recherche et l’établissement de réseaux, de personnes-relais sur le territoire aéroportuaire (voyage de novembre-décembre 2008 effectué par Alexandre Koutchevsky, Marine Bachelot et Gabrielle Jarrier à Bamako et Ouagadougou, invités par Aristide Tarnagda).
2 La commande aux auteurs, l’écriture des textes, la conception du parcours et des spectacles autour des aéroports (dès le retour en France, début 2009).
3 Les répétitions et les représentations tout autour du territoire aéroportuaire (décembre 2009 - janvier 2010).

 

Échos entre Ciel dans la ville et Ciel à Bamako/Ciel à Ouaga

Marine Bachelot Nguyen a écrit Parc des expulsions en réponse à la commande d’Alexandre Koutchevsky pour les spectacles Ciel dans la ville en 2007/2008. Le texte développe les questions que soulève la présence en France des centres de rétention administrative (C.R.A.), en ciblant plus précisément celui qui jouxte les pistes de l’aéroport de Saint Jacques de la Lande.

 
Lors des repérages à Bamako et Ouagadougou, en novembre-décembre 2008, nous avons continué à tirer ce fil de l’immigration en essayant de voir comment se passent les retours des expulsés de France (et d’ailleurs). De l’expérience de ce passage de l’autre côté de l’immigration, de l’expulsion, Marine Bachelot a écrit un nouveau texte, en écho avec Parc des expulsions, qui est Tabaski.
 

 

ouaga axe piste airbus 340
Ouaga, axe de piste (Photo: Marine Bachelot)
Airbus 340, Bamako-Sénou, vol quotidien, deux expulsés.

 

Répérages de novembre-décembre 2008

Sur proposition d’Aristide Tarnagda, Alexandre Koutchevsky (concepteur et metteur en scène du projet), Gabrielle Jarrier (chargée de production) et Marine Bachelot Nguyen (auteure) ont effectué en novembre-décembre 2008 un voyage de repérages et de prospection à Bamako (Mali) et à Ouagadougou (Burkina Faso), autour des zones aéroportuaires de ces deux villes.

Durant ces trois semaines de prospection nous avons arpenté et repéré les alentours des aéroports des deux capitales pour nous imprégner des espaces, des réalités et des personnes rencontrées. Outre les sensations et expériences fortes que nous avons vécues, nous avons recueilli du matériau vidéo, photographique et sonore lié à ces zones aéroportuaires, des témoignages et paroles, qui serviront de trace et de mémoire vive, pour les phases d’écriture qui suivront.
A Bamako comme à Ouagadougou, nous avons aussi rencontré des auteurs, des comédiens pour réfléchir avec eux à Ciel à Bamako/Ciel à Ouaga.

Un autre aspect de la phase de prospection a consisté à rencontrer les partenaires indispensables pour que l’écriture et l’élaboration artistique de ces spectacles devienne possible : les directeurs et équipes des CCF pour l’aspect logistique et le soutien financier, les responsables aéroportuaires pour étudier la faisabilité du projet et obtenir les autorisations nécessaires, les pilotes et les aéroclubs locaux pour mieux comprendre l'univers aéronautique de ces aéroports.

Le fait que trois auteurs - Aristide TarnagdaAlexandre Koutchevsky et Marine Bachelot Nguyen – arpentent le territoire ensemble durant cette phase de prospection a permis des discussions, des projections à même le terrain, des envies et idées sur l’écriture du spectacle et les textes à venir. Chacun a pu suivre sa démarche singulière en terme de réaction au paysage, de recherche de matériau et documents, et la partager avec les autres.

Dans Ciel à Bamako/Ciel à Ouaga, il importe qu'à l'image de Ciel dans la ville en 2007-2008, demeurent une diversité et une singularité des gestes et des partis pris de chaque auteur, le tout s’agençant dans la mise en scène d’Alexandre Koutchevsky, en lien serré avec le territoire et le ciel.

Sur les repérages de novembre-décembre 2008 voir également le blog de Lumière d’août (posts de décembre 2008 et janvier 2009).

ouaga aeroport

CI-DESSUS : à Ouaga, l'aéroport est au centre-ville.
CI-DESSOUS : à Bamako, mur d'enceinte de l'aéroport, un des lieux prévus pour les représentations avant l'interdiction

 

bamako mur enceinte

 

Générique

Conception, mise en scène Alexandre Koutchevsky
Auteurs Marine Bachelot Nguyen, Alexandre KoutchevskyDieudonné Niangouna (Congo), Aristide Tarnagda (Burkina Faso), Kouam Tawa (Cameroun)
Comédiens Lamine Diarra (Mali), Flora Diguet (France), Charline Grand (France), Elios Noël (France), Yaya Mbilé (Burkina Faso)
Ateliers Marine Bachelot Nguyen, Aristide Tarnagda
Chargée de production Gabrielle Jarrier
Chargée de production à Bamako Julie Demaison
Chargé de production à Ouagadougou Anselme Bayili
Gestion administrative et financière Sonia Rolland, Charlotte Hubert-Vaillant

Coproduction
Lumière d'août (Rennes), Théâtre Acclamations (Ouagadougou), Kuma Sô (Bamako), l'Aire Libre (St Jacques de la Lande)

Accueils, soutiens
Culturesfrance via son partenariat avec la Ville de Rennes, les Centres Culturels Français de Bamako (dir. Jean-Luc Baillet) et de Ouagadougou (dir. Denis Bisson puis Alain Millot)

Partenaires
Aéroports du Mali, Aéroports du Burkina-Faso, ASECNA, DGAC Burkina et Mali, Aéroclubs de Bamako et Ouagadougou.
La phase de repérages de novembre-décembre 2008 a bénéficié d’un soutien financier, à travers la convention de partenariat Région Bretagne/Cultures France.

 

ccf bamako  ccf ouagadougou  region bretagne logo  logo vdr    logo aire libre  if logo-rvbcie mali  cie theatre acclamations  logola ak

 

Suite aux spectacles

Retour de Ciel

en partenariat avec le festival Mythos, Rennes

ciel bko prsentation

 

En janvier 2010, Lumière d'août crée les spectacles Ciel à Bamako et Ciel à Ouaga, au Mali et au Burkina-Faso. Ces spectacles déambulatoires en plein air sont joués sur la colline du point G à Bamako (suite à l'interdiction de l'Ambassade de France de jouer autour de l'aéroport) et à Ouagadougou autour de l'aéroport.

À partir d'images, de témoignages, et de lectures d'extraits des textes joués en Afrique, l'équipe de Ciel à Bamako / Ciel à Ouaga propose de partager avec le public le récit de cette aventure théâtrale : qu'est-ce que le théâtre-paysage ? comment faire du théâtre en Afrique aujourd'hui avec le poids de l'histoire et les tensions politiques ?

La soirée est ouverte à tous et propose également des temps d'échanges avec le public.

Théâtre du Cercle, 30bis rue de Paris - Rennes - entrée libre
dimanche 11 avril 2010 à 18h